Les Clés de Fort Yameld Index du Forum
Les Clés de Fort Yameld Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Prologue

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Clés de Fort Yameld Index du Forum -> DISCUSSIONS HRP -> ARCHIVES -> Parties abandonnées -> Merveilleux / Onirique -> Changeling - The Lost (MJ : Lilywhite) -> Contexte
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lilywhite
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 22 Aoû - 09:10 (2012)    Sujet du message: Prologue Répondre en citant

C'est mon coquin de père
Qui m'égorgea,
C'est ma catin de mère
Qui me mangea,
Et ma petite soeur la folle
Jeta mes os dans un endroit
Humide et froid,
Et je devins un bel oiseau qui vole,
Vole, vole, vole...


Johann Wolfgang von Goethe, Faust (trad. Gérard de Nerval)




********

Prologue : Une Lettre à la Reine.



Citation:
Votre Altesse,

Je sais que bien peu de choses nous lie encore, à ce jour. Votre chemin et le mien se sont séparés il y a tant d'années que lorsque je me hasarde à regarder en arrière, je suis prise du même vertige que s'il me fallait repenser à mon enfance...

Toutefois, et j'espère de tout coeur que vous me le pardonnerez, ce n'est pas à Son Altesse, ma Suzeraine de la Cour d'Hiver, que je dois m'adresser aujourd'hui. C'est à celle que je nommais mon amie, autrefois ; ma camarade, ma soeur, ma chère Elizabeth.

Elizabeth, mes enfants sont en grand danger. Par un mystère que je n'explique pas, il semble que la protection que j'ai étendu sur le Domaine ne suffise plus à conjurer l'ennemi... ou que d'autres ombres rôdent, implacables, contre lesquelles rien n'est en mon pouvoir.

Plusieurs de mes pupilles ont disparu ces derniers mois. D'autres, après une absence inexpliquée, errent à présent au hasard de leurs pas, les yeux vides, incapables d'articuler un mot. J'ignore ce qui a pu leur arriver... et j'ai peur, mon amie, peur comme je n'avais jamais eu peur depuis maintenant cinquante ans.

Je sais ce que vous pensez, Elizabeth. Je vois devant mes yeux votre élégant geste d'impuissance résignée, la manière aristocratique que vous avez de hausser imperceptiblement les épaules. Ce sont des enfants, pensez-vous. Leur disparition est tragique, certainement, mais de tels malheurs arrivent sans cesse partout dans le monde, et il nous faut, hélas, accepter la triste vérité : nul n'est en sécurité ici-bas, et les jeunes âmes moins encore.

Vous avez raison, Elizabeth. Vous êtes une dirigeante avisée, toute de prudence et de compréhension du monde à grande échelle. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous avons laissé notre amitié dépérir, comme une frêle relique du passé. Car de mon côté, il y a longtemps déjà que j'ai résolu de mener bataille, fût-ce à une échelle tristement réduite, pour protéger ce fragment ténu du monde auquel je me suis dévouée. Mes pupilles. Et aujourd'hui, je ne puis les protéger seule. J'ai désespérément besoin d'aide.

Aussi, permettez-moi d'invoquer la promesse que nous nous fîmes, en cette lointaine année de nos vingt ans. J'ai, pour ma part, su m'acquitter de mon devoir il y a maint et maint hiver... le temps est venu que je vous réclame enfin votre part du contrat. Aidez-moi, mon amie. Aidez-moi, et je vous jure, sur mon véritable nom, que je vous tiendrai dès lors quitte de cet engagement.

Tous mes espoirs résident en vous désormais.

En mon âme et conscience, ce 7 octobre 2012.

Virginia Whitebell




La Reine d'Hiver replia la lettre, une expression pensive dans ses yeux étoilés de givre. Une lettre, vraiment... En vingt ans de réclusion dans son cher Domaine, Virginia n'avait apparemment toujours pas appris l'art d'envoyer un mail. Ceci au moins n'était pas surprenant. Cette femme n'avait probablement jamais entendu parler de l'invention du Minitel.

Son message en lui-même, toutefois, était plus déconcertant. L'impertinence n'était pas dans les habitudes de la distinguée Ms. Whitebell... pas davantage que les décisions irréfléchies. Pour qu'elle lui lançât cet appel au secours, il fallait que la situation fût réellement grave... ou, du moins, que Virginia le crût.

Un léger soupir franchit les lèvres de la souveraine. Elle n'aimait pas le pressentiment qui la prenait. Ni cette impression d'être prise au piège. Maudite promesse... Avait-elle seulement le choix ?

« Très bien, Virginia », murmura la Reine. « Il en sera fait selon ton désir... une dette est une dette. Mais n'attends plus rien de moi par la suite. Plus jamais rien. »
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 22 Aoû - 09:10 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Clés de Fort Yameld Index du Forum -> DISCUSSIONS HRP -> ARCHIVES -> Parties abandonnées -> Merveilleux / Onirique -> Changeling - The Lost (MJ : Lilywhite) -> Contexte Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com