Les Clés de Fort Yameld Index du Forum
Les Clés de Fort Yameld Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Société tri-kazienne

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Clés de Fort Yameld Index du Forum -> DISCUSSIONS HRP -> ARCHIVES -> Parties abandonnées -> Horreur / Huis Clos -> Les Ombres d'Esteren (MJ : Yameld) -> Contexte
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Yameld
Gardien des Clés

Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2010
Messages: 9 046
Localisation: Paris
Masculin Lion (24juil-23aoû) 牛 Buffle
Lanceur de Dés: URL
Deuxième Lanceur: URL

MessagePosté le: Mar 15 Oct - 06:35 (2013)    Sujet du message: Société tri-kazienne Répondre en citant

Notre péninsule est un mélange de culture traditionnelle et d’influence continentale, on y retrouve donc toutes sortes d’occupation. Certaines sont implantées depuis des siècles, d’autres sont très récentes, mais chacune a son importance.

Les artisans et les artistes sont une part importante de notre culture. Bien que la rudesse de nos conditions de vie nous pousse vers des objets et constructions utilitaires, nous savons apprécier l’art et aimons à décorer nos possessions.

Loin de l’image du simple troubadour, les bardes sont avant tout des émissaires, des diplomates, experts des rouages de notre société, de nos us et coutumes, amenés à négocier au nom de leur seigneur, ils sont d’ailleurs membres du conseil de la ville au même titre que le seigneur local. Il n’est pas rare qu’un conflit entre deux seigneurs se résolve par une joute oratoire entre deux bardes.

Essentiels à la survie de bien des communautés isolées, les chasseurs ne sont pas rares, habiles traqueurs, habitués à survivre seuls en territoire sauvage, ils fournissent viande et peaux à leurs villages.

Que ce soient les Lames du Temple, fiers défenseurs des fidèles du dieu Unique, les Hilderins qui œuvrent pour la couronne de Taol-Kaer ou les Ronces plus indépendants, les chevaliers sont avant tout des défenseurs du peuple, bien que la politique puisse parfois faire douter de leurs objectifs.

D’autres entreprennent le métier des armes, du simple garde d’un seigneur aux mercenaires en passant par toutes sortes de motivations, les combattants sont nombreux en nos régions, et il n’est pas rare de croiser des gens d’armes.

Courageux voyageurs ou habiles négociateurs, les commerçants savent tirer profit de l’isolement des petits villages et de l’artisanat réputé de certaines régions. Malgré les dangers inhérents aux longs voyages dans la péninsule, ils arrivent à faire transiter nombre de ressources là où elles seront utiles, et là où les gens pourront se les offrir.

« Seconde mère », les damathaírs ont à la fois la charge d’éduquer nos jeunes et celle de les protéger en cas d’attaque. Présentes dans la vie des enfants, lors de l’accouchement, elles les forment et les instruisent, tout en leur enseignant la vie en communauté. Elles siègent traditionnellement au conseil du village.

Les démorthèn sont les dépositaires d’un savoir ancien, des traditions séculaires de la péninsule. Guides spirituels, guérisseurs du corps et de l’âme, ils sont le lien avec les esprits de la nature, les C’maoghs.

Scientifiques, lettrés, historiens, architectes, philosophes, notre société compte de nombreux types d’érudits. Les livres sont encore rares, bien que les imprimeurs magientistes aident à la diffusion du savoir, favorisant la culture petit à petit.

Les enjeux politiques, les luttes de pouvoirs et les intrigues des différents courants de pensée font le jeu des espions. Qu’ils œuvrent pour un seigneur particulier ou qu’ils traquent les informations pour les revendre au plus offrant, ils s’insinuent dans tous les milieux.

Notre péninsule n’est pas gigantesque, on peut la traverser en 70 jours. Cependant une bonne partie en est mal connue, certaines régions sont pour ainsi dire impraticables. C’est pourquoi on croise quelques explorateurs, encore que peu de gens se risquent à cette dangereuse activité.

Dans nos grandes agglomérations, on peut parfois louer les services d’un investigateur, ces hommes et femmes se chargent d’enquêter sur des faits que le pouvoir officiel délaisse ou nie en bloc. Que ce soit pour retrouver un proche disparu ou des informations, vous pourrez compter sur eux… Si vous êtes prêts à payer.

Fortement implantés en Rheiz, la magience séduit peu à peu les populations. Les magientistes fournissent nombre d’outils et de machineries qui facilitent le quotidien. Toujours à la recherche de source d’énergie pour leurs artefacts, on les croise régulièrement sur les routes, bien qu’ils soient mal perçus en Gwidre et en Taol- Kaer.

Bien que la loi soit des plus sévères envers eux, on rencontre encore nombre de malandrins en nos contrées qui sont prêts à risquer la pendaison ou l’exil pour une vie de rapines. Voleurs, escrocs, assassins, pillards, bandits de grand chemin, violeurs et autres criminels évoluent au sein de notre société. Dans les grandes villes on voit même des organisations tentaculaires s’organiser.

Bien que les démorthèns, magientistes et élus du Temple disposent de moyens efficaces de soigner les plus graves blessures, on peut encore trouver nombre de médecins s’en remettant uniquement à leurs connaissances pour guérir. Usant de cataplasmes, d’herbes médicinales et de remèdes, ils se fient plus à leur savoir qu’à des prières ou des fluides douteux.

Passionnés d’ésotérisme, les occultistes sont souvent des universitaires ayant un grand intérêt pour ce domaine dénigré par les autres branches de la science. Cette profession s’est développée avec l’essor des idées continentales amenées en Rheiz par les magientistes. Leur discipline repose sur le postulat qui affirme que le monde sensible cache d’autres plans d’existence.

Essentiels à la communauté, menant une vie harassante pour subvenir aux besoins de tous, les paysans sont de grands connaisseurs de la nature. Travailleurs endurants, ils sont habitués aux conditions les plus rudes.

C’est en Gwidre qu’on trouve le plus de religieux du Temple, quel que soit l’ordre auquel ils appartiennent : les prêtres, garants de la foi au sein des communautés, les moines, vivant reclus et priant pour les autres fidèles, les vecteurs, en charge de la conversion des païens, les lames, chevaliers de l’Unique, protecteurs des fidèles, les sinistres sigires, luttant contre les hérétiques et autres sorciers et enfin les clercs, enseignants et scribes, archivistes, financiers et conseillers des hiérophantes.

Autrefois messagers royaux, les varigaux sont devenus un ordre indépendant des gouvernements, ils transportent messages et colis, guident les convois et les voyageurs. Ils connaissent la péninsule comme personne, et ont le secret de nombreux chemins de traverse.

Cependant, il faut distinguer les varigaux autoproclamés qui ne sont que des messagers, des « vrais » varigaux, ceux qui connaissent les signes secrets et les chemins les plus sûrs...

_________________
"On va tous dans la même direction, on prend des chemins différents c’est tout."
- L’étrange histoire de Benjamin Button –
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 15 Oct - 06:35 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Clés de Fort Yameld Index du Forum -> DISCUSSIONS HRP -> ARCHIVES -> Parties abandonnées -> Horreur / Huis Clos -> Les Ombres d'Esteren (MJ : Yameld) -> Contexte Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com