Les Clés de Fort Yameld Index du Forum
Les Clés de Fort Yameld Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Clés de Fort Yameld Index du Forum -> DISCUSSIONS HRP -> ARCHIVES -> Parties abandonnées -> PAR LE FEU ET L'ACIER -> Partie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Charlatimus
Futur Candidat

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2010
Messages: 5 177
Localisation: boissy saint leger
Masculin Bélier (21mar-19avr) 龍 Dragon
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Dim 11 Jan - 02:23 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant



Vous viviez vos vies d'aventuriers, de marchand, de voleur, de prêtre, d'elfe, de nain, d'orc, de gnome, dans l'Empire du nord, peut être en tant que pirate à Carantlide ou de mineur dans le haut royaume de la Couronne de glace, entrain de prêcher dans la théocratie. Vous avez tous remarqués des proches, des amis, des connaissances disparaître soudainement ou se faire interpeller par des elfes de feu sans raison apparente, ces personnes que vous n'avez jamais revu dont le passé a été effacé comme s'il n'avait jamais existé. Vous avez entendu les rumeurs parlant de ces caravanes, de ces villages ayant subit des attaques gobelines dans lesquels aucun corps, aucun survivant n'a été retrouvé. Peu importe le lieu, vous avez senti la peur atteindre le plus riche au plus pauvre, le soir les gens restent cloîtrés chez eux, les longs voyages sont encadrés de lourdes escortes et se font de plus en plus rares les bardes, chantent et clame de sombres histoires, des chants tristes et larmoyant, la peur s'insinue et une période sombre s’annonce.

Il fallait bien que cela vous tombe un jour dessus, vous avez vu votre entourage disparaître au fur et à mesure. Vous vous sentiez suivi ces derniers jours, puis un jour paf, cela vous est tombé dessus. Dans votre sommeil, drogué, tabassé par des hommes encapés, arrêté par une bande d'elfe de feu en pleine rue, attaqué par des peaux vertes lors d'un voyage, en fait vous ne savez plus réellement comment cela c'est passé, vous avez mal, au crâne, la bouche pâteuse. Vous avez faim, un vent froid s'infiltre par les différentes ouvertures de votre cellules poisseuse sur lequel votre corps nu s'étend. La lumière vous brûle les yeux et vous mettez du temps avant de vous acclimatez à votre environnement et d'identifier l'endroit ou vous êtes. [voir photo ci-dessous]



Alors que vous vous réveillez, vous entendez soudain, des cris et gémissement semblant venir de tout les côtés. Vous faisant hérisser les poils et vous paralysant après quelques temps le calme revient et vous reprenez contrôle de votre corps, encore choqué par les cris que vous venez d'entendre. C'est maintenant le silence total à par le goutte à goutte tombant des murs et augmentant la surface de la flaque d'eau au centre de la pièce.


[Chaque cellule contient fait 6m2 les murs et le sol sont en pierre et sont recouvert de mousse et moisissure. Des fissures ornent la plupart des murs, il manque même des pierres à certains endroit remplacé par des grilles métalliques entièrement rouillés. Il y a une porte en métal ainsi qu'une ouverture au plafonds verrouillé d'un cadenas.]

_________________
Le JDR est ancré dans ma vie puisque je vie avec lui depuis toujours, à l'âge de 6 ans j'ai vu ma première partie, à 8 ans j'ai fait ma première partie et maintenant cela fait près de 14ans que je joue. J'aime jouer et faire jouer faire partager ma passion est ma vocation.



Dernière édition par Charlatimus le Ven 20 Fév - 09:56 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 11 Jan - 02:23 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Baerd
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2011
Messages: 294
Masculin
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Mer 11 Fév - 22:31 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

En constatant qu'il était allongé dans de l'humidité, Eärel Dorenil ne put s'empêcher de penser à l'isolement. Puis il ouvrit les yeux et vit la cellule. Un bien sombre endroit... Toujours moins que l'isolement, mais un sale coin, quand même. L'odeur de moisissure vous y emplissait le nez et vous piquait les yeux. Mais le pire n'était pas le froid ou la petitesse de la cellule, ni l'humidité ou les relents acres. Le pire était les cris : ils n'apportaient que l'horreur et la souffrance. Hurlements de déments ou de torturés donnaient envie de se taper la tête contre les murs, et ça ne faisait qu'empirer, jusqu'au moment, où, alors qu'ils vous vrillaient les oreilles au delà de ce que les tympans peuvent supporter, soudain... Plus rien. Juste un silence étrange, à peine ponctué par un goutte-à-goutte régulier. Mais entre deux plocs, il n'y avait rien, meme pas un quinte de toux ou le pas trainant d'un geolier, pas non plus les plainte d'un autre prisonnier. Un silence qui en serait presque apaisant, si il n'avait été précédé par ces cris à vous glacer le sang. Mais la vie en prison n'avait que peu de secrets pour Eärel Dorenil, aussi s'allongea-t-il à l'endroit le moins humide la cellule, ferma les yeux, et attendit en tendant l'oreille. Ses rhumatismes allaient reprendre, à cause du froid, mais le plus tard serait le mieux. Il se surprit à siffloter une vieille chanson, dont les paroles lui échappaient.
Revenir en haut
Tevias
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2015
Messages: 74
Localisation: chateau thierry
Masculin

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 00:23 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Lorsqu'Eden se réveilla, ses yeux était brouillés et sa tête lui faisait tellement mal, qu'on aurait dit qu'on martelait de gros coups de marteau à répétition dans son crâne. Le demi-elfe se tint la tête dans un premier se relevant difficilement.

:EDEN -"La prochaine que je vois cet abruti d'elfe, je te jure que je l'explose" marmonna-t-il à lui même.

Il eut à peine finit sa phrase et s'habitué à la luminosité de la pièce, qu'il se figea sur place, comme Méduse était en face de lui et l'avait changé en pierre.

*Mais que ce que c'est encore de ça, l'endroit n'était pas assez glauque comme ça, il fallait en plus rajouter des cris d'effrois, pensa le jeune homme toujours dans sa stupeur.*

:EDEN -"Hey ho, c'est pas bientôt finit non", hurla Eden, après avoir retrouver ses esprits, pour finir par marmonner un: "c'est quoi on ne peut pas s'évader tranquille maintenant"

Dés que le calme fut revenu, le demi-elfe put enfin regarder tout autour de lui, un peu plus rassuré. Il remarqua des fissures sur les murs et une ouvertures au plafond. Lorsqu'il allait commencer à monter jusqu'à l'ouverture au plafond, il entendit quelqu'un siffler.

:EDEN -"Rah mais c'est pas vrai, prononça-t-il à lui même commençant à être agacé par tous ses bruits qui le gênaient. On ne peut pas être tranquille deux minutes, ouais", finit il par hurler à celui qui sifflait.

_________________
Ma précieuuuuuse!!! Ma Pré-cieuse!!!! MA PRECIEUSEUH!!!!!!!!!!!


Dernière édition par Tevias le Dim 15 Fév - 17:35 (2015); édité 3 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kobifobi
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2014
Messages: 465
Masculin

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 10:13 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Balthazar agrippa la grille de ses deux mains et appuya son corps contre elle. Il siffla entre ses dents, à plusieurs reprises, pour attirer l'attention d'un des prisonniers qu'il voyait en face de sa cellule. Ils n'avaient pas l'air de réagir.


"-Hey! Hey toi en face! Machin! Dans la cellule! Qu'est-ce qu'on fout là? On est où ici?"

Il voulut demander également "Comment on fait pour sortir?" mais il s'imagina que si les autres étaient encore dans leur cellule, ils ne devaient probablement pas savoir répondre à ça.

Alors qu'il attendait qu'un de ses compagnons de cellule réponde, il jeta un coup d'oeil circulaire à sa cellule.


Dernière édition par Kobifobi le Ven 13 Fév - 15:48 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Baerd
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2011
Messages: 294
Masculin
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 18:39 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Le vieil elfe sifflotant se redressa, faisant fi de toute pudeur. Quelques rides, à peine, ornaient son visage, mais ses yeux étaient emprunts d'une lassitude séculaire. Il soupira en faisant craquer ses poignets. Si le temps n'avait que peu marqué le visage d'Eärel Dorenil, son corps était bien moins conservé : il devait mesurer près de deux mètres, mais était tellement voûté et décharné qu'il dépassait à peine le mètre soixante-dix. Il soupira en tordant le cou, jusqu'à ce qu'un craquement lui arrache un sourire. Puis de prendre la parole, d'une voix calme et chaleureuse :

"Ho, des compagnons! Salut à vous, je suis Eärel Dorenil, professeur d'histoire et prisonnier politique. J'ai été transféré dans cette prison récemment, et je ne peux que répondre partiellement à vos questions."

Et, après un temps de réflexion :

"Nous sommes à priori dans un bâtiment donnant sur l'extérieur, autrement dit, pas des oubliette. Quelqu'un devrait donc passer d'ici peu. Ce qu'on fout là... Pour vous je ne sais pas, mais certains diront sans doute que nous sommes enfermés pour que ceux de l'extérieur profitent plus de leur liberté. J'ai passé quelques années en cuisine avec un gnome qui m'expliquait que tous les autres étaient enfermés et que la vrai liberté se trouvait dans sa cage... Sa cage thoracique, bien entendu! Libre dans le coeur, le corps enfermé, l'esprit fuyant... J'espère que les repas arriveront bientôt, la faim commence à se faire sentir. D'ailleurs, quels sont vos noms, jeunes gens?"

Le vieil elfe n'avait pas besoin de parler fort pour se faire entendre et sa voix, apaisante bien qu'autoritaire, détonnait franchement avec le dos courbé et le sourire las, mais amical, qu'il arborait.


Dernière édition par Baerd le Ven 13 Fév - 13:42 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Kobifobi
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2014
Messages: 465
Masculin

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 22:43 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Balthazar baissa la tête et l'appuya contre la grille, en guise de résignation. Enfermé avec un prof d'histoire bavard en guise de voisin de cellule... il trouvait cela plus cruel et vicieux encore que les coups de fouet ou les privations de nourriture et de sommeil.

Cependant, entendre la voix de quelqu'un d'autre, qui semblait sain d'esprit et en possession de ses moyens était rassurant, et cela changea les idées de Balthazar, au moins pour quelques instants.


-"Eh bien, si votre ami gnome veut prendre ma place au fond de cette cellule, je la lui laisse volontiers! Je m'appelle Balthazar au fait. Je suis... un homme d'affaires, en quelque sorte. Je ne sais pas pour vous, mais je me sentirai plus libre une fois que je ne serai plus dans un endroit qui sent si fort la pisse de rat. "


Balthazar s'interrompit quelque temps, il fit le tour de sa cellule et cherchait quelque chose qui pourrait l'aider à sortir. Il chercha à faire bouger les moellons, à gratter les joints des murs, au cas où... Il s'intéressa alors à l'ouverture du plafond, et chercha à s'y agripper pour tirer dessus, pour voir si elle était solide.


-"Eärel? Comment est la cellule de votre côté? Plutôt solide ou vous vous sentez capable d'en sortir?"


Dernière édition par Kobifobi le Ven 13 Fév - 15:48 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
Tevias
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2015
Messages: 74
Localisation: chateau thierry
Masculin

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 05:21 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Alorq qu'il venait de hurler d'arrrêter de faire du bruit, Eden entendit une deuxième voix sortit de nulle.

*Mais ils le font exprès c'est pas possible pour me mettre hors de moi* pensa-t-il de plus en plus excéder, par le bruit qui l'empêchait de se concentrer.

Lorsque le siffleur s'arrêta de sillfer, le demi-elfe commença son ascension vers la grille du plafond. Arrivé en haut, il essaya de deviner où se trouvait cette prison, puis assaya d'enfoncer la grille, dnas un premier temps avec sa force brute, en la poussa vers l'extérieur.

Il s'arrêta lorsque celui qui siffla quelques instant plu tard, un certain Eärel, professeur d'histoire de son état, commença à parler, et expliquer un peu la situation. Le timbre de sa voix, ainsi que la façon dont il parlait lui rappeler le vieux Liagoss.

*Grand père j'espère que tu t'en es sorti*, pensa-t-il se rappelant ce qu'il s'était passé juste avant de perdre connaissance.

Le deuxième homme parla à son tours, un dénommé Balthazar, il semblaitêtre un homme de bon sens, car tout comme le jeune homme, il voulait quitter cet endroit le plus rapidement possible. Bref voilà deux alliés de choix pour Eden, la sagesse d'un côté et de l'autre la réflexion, deux qualité qui manquait cruellement au demi-elfe.

_________________
Ma précieuuuuuse!!! Ma Pré-cieuse!!!! MA PRECIEUSEUH!!!!!!!!!!!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Charlatimus
Futur Candidat

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2010
Messages: 5 177
Localisation: boissy saint leger
Masculin Bélier (21mar-19avr) 龍 Dragon
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 12:41 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant



Vous regardez aux abords de la grille profitant des torches allumés. Vous voyez sur le côté des formes couchés dans des cellules. [Vos comparses de rigolade.] Il doit y avoir au moins 5 personnes chacun dans des cellules individuelles. L'endroit est humide, il sent l'urine et la mort. Il semble qu'il n'y ai aucun garde... Mais des gémissement se font entendre un peu partout.

_________________
Le JDR est ancré dans ma vie puisque je vie avec lui depuis toujours, à l'âge de 6 ans j'ai vu ma première partie, à 8 ans j'ai fait ma première partie et maintenant cela fait près de 14ans que je joue. J'aime jouer et faire jouer faire partager ma passion est ma vocation.

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Baerd
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2011
Messages: 294
Masculin
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 13:35 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Vous entendez du mouvement dans la cellule d'Eärel Dorenil. Puis un grommellement, un gémissement, un craquement et un vomissement. Puis d'une voix peu assurée :

"Pouah! J'ai récupéré ça, ça pourrait faire l'affaire... C'est un fémur... Et c'est désagréable. Alors, je vais essayer de le poser ici, et, comme disaient les anciens : donnez moi un levier et un point d'appui, je soulèverai le monde! Enfin, je suppose que la porte de ma cellule devrait suffire."

Le vieil elfe cherche quelques secondes le bon endroit pour forcer la porte de sa cage, fait craquer ses bras, des épaules aux poignets, et se met en position. "Une! Deux! Heuss!"Avant de se retrouver le cul par dessus la tête, hors de sa cellule. Il reste immobile pendant de longues seconde, avant de prendre une grande inspiration et de tousser à s'en décrocher les poumons. Il se redresse ensuite, sourit d'un air de pur bonheur... *Enfin libre.* Puis s'approchant de la cellule de Balthazar et lui tendant l'os :

"Tenez Balthazar. Vous devriez réussir plus facilement que moi. Je crois qu'il y a deux autres personnes. Je vous propose que vous sortiez puis que nous aidions messire grognon dans la cellule adjacente à la votre, puis les autres, qui sont, je pense, encore assommés. Au fait, comment vous prénommez-vous, jeune demi-elfe?"

Eärel Dorenil se tourne vers l'intéressé en laissant le champ libre à Balthazar pour ouvrir sa cellule.
Revenir en haut
Kobifobi
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2014
Messages: 465
Masculin

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 15:42 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Balthazar attrapa promptement le fémur que lui tendait Eärel et le coinça entre un barreau et le mur. Il tira d'un coup sec, suffisamment pour tordre le loquet, qui ne tenait presque plus.

Avec un bon coup de pied, Balthazar réussit à ouvrir sa cellule. Il gratifia Eärel Dorenil d'un signe de tête.


"-Merci mon vieux, je vous revaudrai ça. Je vais voir si les autres ont besoin d'aide pour sortir. Je garde ça"
, dit-il en désignant le fémur.

"-Vous devriez peut-être voir si le bougre avait une deuxième jambe... des os longs comme ça, une fois brisés, pourraient nous servir d'arme improvisée. Faute de mieux..."
Revenir en haut
Baerd
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2011
Messages: 294
Masculin
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 16:17 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Eärel Dorenil sourit à Balthazar en lui expliquant :

"Hum. Et bien, à vrai dire, c'est le seul os long que j'ai pu trouver, et je ne suis pas sûr qu'un bassin nous soit d'une grande utilité... L'autre jambe n'était pas présente" puis, après un haut le coeur, "Je... Heu... Vous pensez que nous risquons de nous battre? Je ne me suis pas battu depuis une bonne centaine d'années, je ne suis pas sûr de savoir encore comment faire... Mais qu'importe, je devrais encore être capable d'aider, au moins un petit peu. La situation dans laquelle nous nous trouvons me rappelle une vieille ballade : Les Trois Brigands. Saviez-vous qu'elle est tirée d'un fait historique? Lesdits brigands étaient en fait trois ancien chevaliers et la petite fille qu'ils protégèrent après s'être échappés était une princesse, Baresielle de Breugue. Son oncle avait ourdi un coup d'état afin de l'évincer, les trois brigands la cachèrent et renversèrent le tyran. Le royaume fut ensuite absorbé par l'Empire, qui connaissait à l'époque son âge d'or! Les chevaliers, dans la chanson, se réveillèrent enfermés dans un lieu inconnu d'eux, et durent user de force, d'adresse et d'intelligence pour retrouver leur liberté."

Le vieil elfe semble tout à fait absorbé dans son histoire, qu'il raconte d'un ton doctoral et sans hésitation. Peu à peu il se redresse jusqu'à sa véritable taille, environ deux mètre, et son visage reprend peu à peu des couleurs. Il laisse Balthazar ouvrir les autres cellule pendant son exposé, peu inquiet quand à la force du jeune homme.
Revenir en haut
Charlatimus
Futur Candidat

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2010
Messages: 5 177
Localisation: boissy saint leger
Masculin Bélier (21mar-19avr) 龍 Dragon
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 18:00 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Vous remarquez que certaines personnes semblent malgré le bruit ne pas s'être levé, espérons qu'il ne soit pas mort...


Ambiance

Alors que l'elfe (Eärel) vient de finir son exposer et que Blathazar est entrain de lutter face à une autre porte de cellule. Un bruit comme un murmure vous arrive aux oreilles, non ce n'est pas un bruit mais une chanson. La chanson se fait de plus en plus forte alors elle semble venir de partout à la fois porté par plusieurs voix, mais toujours personnes. Soudain au coeur de la pièce apparaît une forme fantomatique d'un homme portant des habits noirs des plus surprenants. Il marque le rythme de la musique qui fini la seconde suivant ou il apparaît. Il lève la tête regarde dans un premier temps Eärel puis Blathazar qu'il fixe droit dans les yeux.


"Tun, tuntun, tuntun, tun, tun, tun tuntun tuntunuuuuuun...."



"J'adore les chants marins... Je me présente je suis Docteur Jackal, votre hôte. Il semble que vous ne trouviez pas vos quartiers à votre goût."

_________________
Le JDR est ancré dans ma vie puisque je vie avec lui depuis toujours, à l'âge de 6 ans j'ai vu ma première partie, à 8 ans j'ai fait ma première partie et maintenant cela fait près de 14ans que je joue. J'aime jouer et faire jouer faire partager ma passion est ma vocation.

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kobifobi
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2014
Messages: 465
Masculin

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 18:54 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Balthazar répondit à Eärel:


"-Je vais pas vous cacher... ça fait partie des possibilités, surtout si ceux qui nous ont collé au trou nous tombent dessus alors qu'on essaie de se faire la malle. Mais si vous vous êtes déjà battu, ça reviendra vite, même si c'était y a longtemps. Après tout, si vous vous rappelez de l'histoire des Trois Brigands..."

Balthazar s'échinait encore sur une porte de cellule lorsqu'un individu fit irruption. Il n'avait pas prêté tellement attention à l'air de la chanson tant il était occupé, mais il ne pouvait nier qu'un type venait d'apparaître au milieu de la pièce. Ce genre d'entrée m'as-tu-vu avant le don d'énerver Balthazar. Il serra l'os brisé dans son poing mais regarda l'individu et lui répondit:


"-Disons que les coussins sont un peu durs, et le service un peu longuet. N'espérez aucun pourboire. Vous êtes la femme de chambre?"

Balthazar voulait provoquer un peu le "Docteur Jackal" pour voir sa réaction, voir à quel genre de type il avait à faire. Il espérait presque qu'il lui saute à la gorge... au moins avec les brutes on savait à quoi s'en tenir, mais Balthazar doutait que le Docteur Jackal soit de ceux-là. Il se tenait cependant prêt à se défendre, avec son bout de fémur.
Revenir en haut
Tevias
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2015
Messages: 74
Localisation: chateau thierry
Masculin

MessagePosté le: Sam 14 Fév - 18:32 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Après plusieurs essais de pousser la grille du plafond, Eden s'arrête net lorsqu'il que cela ne servit à rien.

*Bon quoi faire maintenant*, pensa le jeune demi-elfe, alors qu'il était toujours accroché au plafond.

Il lâcha alors prise, afin de retomber sur ses deux pieds.

*Ca servait à rien que je reste accroché plus longtemps là-haut* pensa-t-il alors que deux des prisonniers étaient en train de s'échapper.

Bien sûr, trop préoccupé à trouver un moyen de sortir, il n'entendit pas plus de leur conversation.

:EDEN
-"Alors comment faire pour sortir de ce trou à rat", se demanda-t-il à lui même

Au même instant, le vieil homme lui parla, il le sut lorsqu'il ce dernier l'appela demi-elfe

:EDEN
-"Alors déjà une je ne suis un putain d'elfe ni de demi-elfe, le...", hurla-t-il, finissant par un "vieux" le perdant dans ses pensées.

*Pourquoi??? Pourquoi bordel celui qui semble être pareil que grand-père, doit une connerie d'elfe?* se demanda-t-il à lui dans sa tête

:EDEN
-"Nan, mais c'est vrai quoi", dit à haute voix sans s'en rendre vraiment compte.

Sans crier garde, une chanson emplissait toute la pièce, interrompant ainsi la grande conversation des deux autres protagonistes.

:EDEN
-"Qu'est ce que c'est que ça encore???" prononça Eden alors qu'il commençait vraiment à être vraiment hors de lui.

Le demi-elfe entendit un troisième homme, mais le vit pas car Eärel se trouvait juste devant lui, lui obstruant la vue.

:EDEN
-"Alors là s'en est trop!!!" Affirma le jeune homme totalement excédé, ce fut la goutte d'eau qui a fait débordé le vase. "Poussa toi le vieux, ça risque de faire mal", annonça Eden avertissant Eärel, en se reculant à distance de coup de pied.

Dés que la voie était libre devant sa grille, le jeune demi-elfe décocha un violent coup de pied retourné sur la grille.

:EDEN
-"Bon, les gars je vous laisse, caio", annonça Eden d'un revers de la main, s'éloignant des cellules sans se soucier des autres.

_________________
Ma précieuuuuuse!!! Ma Pré-cieuse!!!! MA PRECIEUSEUH!!!!!!!!!!!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
NoirSifflant
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 14 Fév - 21:36 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant



Je tapais vigoureusement sur les barreaux de ma cellule après m'être levé précautionneusement. "Eho? Pourrais-je savoir qui d'autre se trouve dans les autres cellules? Je m'appelle Typhirro. Qui êtes-vous?"


Dernière édition par NoirSifflant le Mar 17 Fév - 11:13 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
Baerd
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2011
Messages: 294
Masculin
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Dim 15 Fév - 15:24 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Eärel Dorenil ne fut qu'à peine surpris de l'apparition du "docteur". Par contre la colère du "pas un putain de demi-elfe", l'étonna. Mais la tirade hargneuse s'étant terminée par "le vieux", ça lui rendit le sourire. Oui, il était vieux, et pour Eärel Dorenil, le terme vieux n'avait pas d'autre emploi qu'affectueux. C'est comme ça que tous l'appelaient, pendant les dernières années.

:EAREL "Notre... Hôte? Non, je vous en prie jeune homme, cessez de plaisanter et allez chercher celui qui vous donne les ordres. Et profitez-en pour descendre avec du pain beurré et de l'hydromel, il fait faim et soif, ici. Allons, dépêchez, ne restez pas planté là" puis, se tournant vers Balthazar, "quel toupet, quelle insolence... Je crois que ce larbin ignore tout des règles de la politesse. J'ai connu des tueurs totalement fous qui avaient au moins la décence de saluer leurs aînés quand ils rentraient dans une pièce, surtout quand ils interrompaient une conversation. Et ce titre de docteur me semble des plus douteux... Etant moi même cinq fois docteur, je pense pouvoir reconnaître un confrère quand j'en croise un..."

Un petit peu de mouvement suivi d'un bruit sourd montant de l'une des cellules mit fin à la tirade du professeur. Un certain Typhirro demandait leur identité : Eärel Dorenil s'avança donc vers la cellule et tendit une main amicale à l'elfe noir qui venait de se réveiller, faisant fi de toute l'animosité dont font généralement preuve les elfes du soleil vit à vis de leurs cousins drows.

:EAREL "Bonjour, Typhirro. Je suis le professeur Eärel Dorenil. La porte devrait être assez solide pour que vous puissiez l'enfoncer, je pense."

Le vieil elfe laissa loisir a Balthazar de se présenter, ainsi qu'au prétendu docteur. De plus il souhaitait attirer l'attention sur lui pendant que le "pas un putain de demi elfe" s'esquivait discrètement et que Balthazar se mettait en position de combat. Lui-même ne savait pas trop comment pouvoir aider, si la situation venait à dégénérer.
Revenir en haut
Charlatimus
Futur Candidat

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2010
Messages: 5 177
Localisation: boissy saint leger
Masculin Bélier (21mar-19avr) 龍 Dragon
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Dim 15 Fév - 18:34 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant



L'homme regarda Balthazar le ton amusez puis eut l'air surpris quant au monologue de l'elfe. Une fois que celui-ci eut finit, il s'assura que l'elfe eut finit et repris :

"Hum, je vois, veuillez excuser mon intrusion, je ne me rendais pas compte des personnes que j'avais en présence. Je crains de ne pouvoir vous présentez d'autre personne pour le moment. Celles-ci étant fortement occupé. Je m'excuse encore pour la gène occasionné. Je me hâterais de trouver les denrées que vous m'avez demandé. Vous les recevrez rapidement dans vos quartiers..."

Il finit par voir le demi elfe partir en direction de la porte menant de ces cachots et indiqua :

"Eden, Eden, Eden, tant de jeunesse, tant d'inexpérience, mon noble ami je ne vous conseille pas de franchir cette porte, je vous indique même qu'il serait mieux pour vote surie que vous restiez dans vos cachots. D'ici peu de temps, les cerbères seront l et ils dévoreront toutes personnes hors de sa cage. Donc veuillez rentrer dans vos quartiers je serais attristé si vous veniez à mourir. Cependant, veuillez savoir que je m'assurerais de votre sécurité et de votre bien, le temps que vous serez mes invités."


_________________
Le JDR est ancré dans ma vie puisque je vie avec lui depuis toujours, à l'âge de 6 ans j'ai vu ma première partie, à 8 ans j'ai fait ma première partie et maintenant cela fait près de 14ans que je joue. J'aime jouer et faire jouer faire partager ma passion est ma vocation.

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tevias
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2015
Messages: 74
Localisation: chateau thierry
Masculin

MessagePosté le: Dim 15 Fév - 19:25 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Alors qu'Eden se rapprochait de la porte de sortie, le mystérieux Dr. Jackal l'interpella. C'était vraiment un étrange individu, et c'était peu dire, enfin bon peut être pas plus que le demi-Elfe envers certains de ses compagnons d'infortunes. Lorsque le fameux individu finit de lui parler, le jeune homme allait lui répondre pour lui rétorquer que ses cerbères ne lui faisaient pas peur, mais il se souvint des monstres qu'avaient attaqué le monastère.

:EDEN
-"Rah, bordel, mais vous savez vos monstres de foires ne vont pas me retenir indéfiniment ici, cher docteur", prononça le demi-elfe, se dirigeant vers sa cellule résigné temporairement, surtout que le docteur lui avait montré du respect en ne l'appelant pas elfe ou autre chose du genre.

*Ah, mais minute papillon, y a une truc qui me chiffonne*, pensa Eden en se souvenant de ce que lui avait dit Jackal au début.

Il revint vers le docteur, d'un pas décidé.

:EDEN
-"Vous connaissais mon nom? Comment vous connaissais mon nom? Et je ne me souviens pas que l'on se connaît." demanda Eden les bras croisé en face à face devant le docteur. "Oh au fait si vous voulez assurer notre bien, nos cellulles manquent de lits, ça serait sympa que vous en rameniez mon brave."

Sur ces mots et après avoir entendu les réponses du docteurs, le demi-elfe rentra de nouveau dans sa cellule, s'assit contre le mur.

:EDEN
-"Rah ça va pas faut que je m'occupe", se dit le jeune homme à lui même tout en se levant.

Il commença alors, à exécuter quelques mouvements de Kata, qu'il avait créé lui-même

_________________
Ma précieuuuuuse!!! Ma Pré-cieuse!!!! MA PRECIEUSEUH!!!!!!!!!!!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kobifobi
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2014
Messages: 465
Masculin

MessagePosté le: Dim 15 Fév - 20:22 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Si Balthazar ne s'attendait pas à ce que le docteur Jackal l'attaque, il fut néanmoins surpris par le calme olympien dont il faisait preuve. L'individu ne semblait pas agressif, aussi Balthazar se détendit-il un petit peu. Il allait essayer de le faire parler un peu. Il salua le drow d'un signe de tête, puis se tourna à nouveau vers "le docteur".

:BALTH

"-Ecoutez mon vieux, c'est bien gentil de le prendre comme ça, mais est-ce qu'on pourrait au moins savoir ce qu'on fout-là? Sans remettre la compétence de vos associés en cause, je pense que vous avez mis le grappin sur le mauvais gars quand vous m'avez capturé. Vous avez du confondre, j'ai un physique très commun. Alors si vous voulez bien, écartez-vous, rappelez-vos cerbères, et personne sera blessé..."

*...et surtout pas moi.*, pensa Balthazar.
Revenir en haut
NoirSifflant
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 15 Fév - 21:57 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant



J'écarquillais les yeux aux dernières paroles du soit disant docteur. "Des cerbères? Dévorer? Mais Où sommes-nous? Et pourquoi nous gardez vous enfermés ici?"


Dernière édition par NoirSifflant le Mar 17 Fév - 11:12 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
Charlatimus
Futur Candidat

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2010
Messages: 5 177
Localisation: boissy saint leger
Masculin Bélier (21mar-19avr) 龍 Dragon
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Lun 16 Fév - 11:40 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant


Docteur Jackal commença par répondre à Eden, d’un ton administratif, presque robotique rappelant un geste automatisé, qu’il a du répéter un nombre incalculable de fois :

« Sachez monsieur Eden que je sais tout ce qui se passe en ce lieu et que je connais l’ensemble des patient qui sont dans ces quartiers. Mais je vous rassure nous ne nous connaissions pas par le passé et en effet, je vais vous trouver des lits afin que vous puissiez plus facilement vous reposer.»

Il se retourna enfin vers Balthazar qui était décidé à se calmer pour partir en quête d’information. Le doc se retourna d’un pas calme et c’est sur un ton presque paternalisme qu’il répondit :

« Ce que vous foutez là ? Vous avez capturé par des personnes de l’extérieur, ceux-ci ont leur raison que je ne connais pas. Mes consignes sont simples faire en sorte que vous restiez ici vivant le plus longtemps possible. Sachez que je ne peux désobéir à mes ordres donc si je vous me forcez la main, je serai obligé de vous blesser, voir de vous tuer car la dernière consignes et que vos mieux un être mort dans ce lieu qu’une personne en liberté. En dehors de cette salle rien n’est que piège et créature d’horreur. En dehors de ce fort vous serez dans un plan de la mort et de la corruption sortir de cette forteresse ne vous amènera qu’à la tombe ou la non-mort. »

Enfin en conclusion à son discours il se retourna vers le drow :

« Jeune drow, encore tout timide et apeuré. Vous êtes ici chez moi, dans la forteresse de Betatire, existant uniquement dans un plan artificiel que l’on nomme l’Ombre vie. Pour le reste je pense avoir répondu à vos questions donc je vous demande de bien vouloir retourner dans vos cellules merci. »

_________________
Le JDR est ancré dans ma vie puisque je vie avec lui depuis toujours, à l'âge de 6 ans j'ai vu ma première partie, à 8 ans j'ai fait ma première partie et maintenant cela fait près de 14ans que je joue. J'aime jouer et faire jouer faire partager ma passion est ma vocation.

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
NoirSifflant
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 16 Fév - 17:36 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant



"Je ne suis pas sorti!" Protestais-je. "De toute façon, je serais mort dans moins d'une lune si je ne suis pas au bon endroit à temps! Qu'avez vous à répondre ça? Et pourquoi nos hôtes si hospitaliers vous ont ordonné de veiller sur nous?" La colère? Première fois que je l'éprouve. Mon père m'en parlais souvent avant d'être tué. Mais sa découverte est déroutante et je roule des yeux apeurés en réfléchissant à ma réaction.


Dernière édition par NoirSifflant le Mar 17 Fév - 11:11 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
Kobifobi
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2014
Messages: 465
Masculin

MessagePosté le: Lun 16 Fév - 22:51 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

L'individu semblait disposé à discuter, à négocier même. De toute façon, s'il disait vrai, ils ne pouvaient pas s'enfuir pour l'instant, alors autant essayer d'améliorer ses conditions de détention.

:BALTH
"-Bon, soit, votre boulot, c'est de nous garder ici en détention, et en vie de préférence. Et j'ai l'impression que ceux qui nous ont enlevé, et vous, maintenant, vous donnez beaucoup de mal pour qu'on reste ici... mais vivants. Alors le mieux, pour vous comme pour nous, c'est peut-être d'arranger un peu tout ça", dit Balthazar en faisant un geste vague désignant les cellules.

:BALTH
"-Mettez-vous à notre place. On a été assommé, maltraité, balancé dans une geôle délabrée, sans savoir pourquoi. Il est normal qu'on cherche à s'échapper. Vous n'aviez d'ailleurs pas l'air étonné en nous voyant hors de nos cellules. Faites-nous apporter quelques couchettes, des couvertures, de l'eau fraîche... tiens, pourquoi pas un peu de vin? Et de la nourriture pas trop gâtée, et on n'aura plus tellement de raison de sortir. De toutes les manières, si le ravitaillement est régulier, je serai mieux ici qu'au dehors, donc je ne chercherai pas à m'enfuir. Si vous avez un morceau de savon, un seau, quelques brosses, on peut retaper un peu l'endroit, pour nous occuper. Il me semble qu'on pourrait faire aussi un peu de mortier, y a des joints qui mériteraient d'être refaits."

Le jeune homme croisa les bras et fit une petite grimace.

:BALTH
"-Alors que si vous nous laissez dans des conditions aussi déplorables, on va chercher à s'enfuir. Et cerbères ou pas, on finira par mettre le nez dehors. Et on se fera. Ce n'est pas votre but, ni celui de vos employeurs, donc il me semble que pour le prix de quelques couvertures, de quelques cruches d'eau et de vin, et de quelques morceaux de pain, pas trop sec, de saucisse ou de jambon, et de quelques fruits... ça ne doit pas être grand chose pour vous... tout le monde serait satisfait. Qu'en pensez-vous?"

Balthazar tendit la main, paume ouverte, en direction du Docteur Jackal, l'incitant à la lui serrer, en signe d'accord.
Revenir en haut
Baerd
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 21 Aoû 2011
Messages: 294
Masculin
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Lun 16 Fév - 23:21 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Eärel Dorenil attend que ses compagnons d'infortune posent leurs questions et que Jackal y réponde. Il écoute patiemment avec un léger sourire ridant son regard dans lequel luit une intelligence dénuée de toute malice. Il se redresse et prend alors la parole, du ton tranquille de l'homme qui à tout le temps devant lui :

:EAREL "Ha. Vous êtes CE genre de docteur. Mmmh, je pensais les médecin habillés différemment. En tout cas, puisque vous semblez être notre hôte et gardien contre votre plein gré. Comme le souligne notre camarade, la faim, si ce n'est l'inconfort des lieux ne nous incite pas particulièrement à rester. De plus, je suppose que les ordres que vous avez pu recevoir ne vous plaisent pas forcément. Pouvez vous nous parler de ceux qui donnent ces ordres..? De ces ordres en particulier? En effet, je suppose que quelque magie a été utilisé pour vous contraindre. Peut-être que ces ordres peuvent être interprétés de manière à ce que tout le monde en soit arrangé."

Il attend un instant avant de désigner ses interlocuteurs d'un signe de tête : le "docteur", d'abord, avec un sourcil interrogateur levé. Balthazar avec un léger hochement de tête. Puis Typhirro avec un sourire et enfin, Eden avec une expression neutre mais un regard insistant. Il reprend alors, en ramenant son regard sur Jackall :

:EAREL "Sachant que j'étais précédemment incarcéré dans le plan matériel et que vous affirmer que nous sommes dans un plan "artificiel", encore que la notion m'échappe, qui plus est chez vous, dans ce que vous nommez une forteresse, je trouve que de grands moyens ont étés utilisés pour nous réunir ici. Forcer quelqu'un doté d'une propriété dans un plan autre que le plan matériel a y enfermer des gens ne se connaissant pas, je pense que tout ça doit avoir un but quelconque... Mmmh."

Eärel Dorenil fait apparemment preuve d'un certain détachement vis à vis de son discours : sa voix calme et son élocution assurée semblent là pour présenter les faits tandis qu'un hochement de sourcil ou un bref sourire lui permettent de souligner ce qui lui semblait importer.
Revenir en haut
Charlatimus
Futur Candidat

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2010
Messages: 5 177
Localisation: boissy saint leger
Masculin Bélier (21mar-19avr) 龍 Dragon
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 00:32 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant


" Tout d'abord sachez Typhirro qu'aucune maladie, poison ou autre élément extérieur ne peut vous atteindre ici même si vous aviez un sort actif ou ingéré un champignon mortel en dehors de ce plan avant votre capture. Voilà qui devrait calmer votre colère naissante."

Ensuite, Docteur Jackal se tourna vers vous tous un début d'amusement semble se voir sur son visage mais disparaît rapidement.

"Messieurs fermée les yeux attendez une seconde, allons que pourrais je vous faire. Vous voulez que j'améliore votre détention. Vous voulez une prison dorée alors ainsi soit il? Fermez vos yeux pendant une seconde et vous aurez ce que vous demandez."

"Quant à moi, je n'ai pas de ce que vous appelé libre arbitre ou disons que j'ai été crée pour vous gérer, pour garder une section correspondant à vous tous. Mais aussi pour assurer et prévenir de toutes anomalie dans ce plan afin que ceux qui m'ont crée et crée ce lieu puisse réparer ces dysfonctionnement. Je n'ai pas de contact direct. Je crois que le responsable doit me ressembler c'est pour cela que je porte son nom et que je lui ressemble surement? Vous n'êtes pas les premiers et vous ne serez pas les derniers ainsi va le monde. Cette section existera toujours et il y aura toujours des prisonniers pour l"occuper et je serai toujours là pour m'occuper des lieux et de ces hôtes. Je ne suis pas votre ami, je ne suis pas votre ennemi, je n'ai pas les connaissances ni les moyens de connaître les but de mes maîtres mais j’exécuterais la mission qu'ils m'ont donné car c'est une de mes prérogatives. Donc soit vous luttez et essayez de fuir mes consignes sont alors de vous empêcher de sortir et de vous tuer. Soit vous rester ici et finissez tôt ou tard par mourir mais dans de bonne condition..."

Il regarde enfin la main tendu par Balthazar et fut laisse l'espace d'un instant perturbé comme désolé :

"Veuillez m'excusé monsieur mais je ne suis pas réellement présent ici, je suis comme un fantôme en ce lieu car cela fait bien longtemps que je ne viens plus dire en personne bonjour aux prisonniers car cela fini trop souvent dans un bain de sang. Mais tout accord me convient tant que vous restez ici prisonnier. De plus, peu importe la durée de votre emprisonnement je ne vous rencontrerais pas pour la raison que j'ai cité plus haut. Mais aussi par le fait qu'il est plus simple pour moi de gérer cette prison et le lien avec mes supérieurs là ou je suis actuellement. J'espère que vous comprendrez..."

_________________
Le JDR est ancré dans ma vie puisque je vie avec lui depuis toujours, à l'âge de 6 ans j'ai vu ma première partie, à 8 ans j'ai fait ma première partie et maintenant cela fait près de 14ans que je joue. J'aime jouer et faire jouer faire partager ma passion est ma vocation.

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tevias
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2015
Messages: 74
Localisation: chateau thierry
Masculin

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 20:07 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Eden était toujours en train de faire son Kata lorsque les discussions allaient bon train entre chacun. A un moment bien précis, vers le début de la conversation, le docteur Jackal appelait l'un des ses trois comparses d'infortunes soit un Drow, un des lâches qui ont fait tant de mal, un de ses monstres qui ont massacré toutes sa famille ou presque. Au fur et à mesure qu'il pensait à cet elfe noir qui était là, non loin de lui, les coups du demi-elfe, gagnait en férocité, en puissance et en rapidité, provoquant une haine qui s'intensifié à chaque coup. Le Kata se termina, au moment finit de répondre à Balthazar avec un coup porté sur l'une des parois latérales de sa cellule, bien plus puissant que celui que le jeune homme avait donné contre la grille de sa cellule quelques minutes plus tôt.

*J'ai vraiment pas rêvé il a vraiment dit drow*, pense Eden la haine continuant encore à monter dans son esprit.

Non, à ce niveau là ce n'était plus de la haine, c'était bien plus fort que ça, bien même fort que la plus terrible des rages. Ce que ressentait Eden était quelque chose qu'aucun mot ne pouvait définir, quelque chose de bien plus terrible que tous les dangers que l'elfe noir pourrait rencontrer dans cette dimension.

:EDEN
-"Hey! Saleté de Drow de merde!!!! Si tu tiens à la vie tu n'as pas intérêt à venir pour quoique se soit!!! Tu entends, car sinon tout ce que toutes les pires créatures de ce plan ou d'un autre te feraient subir, seraient un paradis, comparé à ce que je te ferais, si tu m'effleurait juste du petit doigt!!! tu entends!!!", hurla le jeune demi-elfe, avec le même sentiment indéscriptiblement effrayant.

Il utilisa alors une méthode de relaxation que les moines du monastère des frères du calme éternelle, pour calmer ses ardeurs.

:EDEN
-"Hey doc! Dis si ta mission est de nous garder en vie je te conseil vivement d'enlever ce gros avec des oreilles pointues noires de ma vue et de le laisser le plus loin de ma vue possible. Par contre s'il tente de s'évader, n'hésite pas à me demander de l'aide, je me ferais un malin plaisir à t'aider à le punir" proposa Eden, au docteur après avoir repris son calme.

Pour le demi-elfe, tous les drows devaient être rayer d'Eggnor, pour la simple raison qu'ils représentaient une des plus terribles menaces du monde, avec les elfes de feu, ainsi que les monstres qu'il avait rencontré peu avant de se retrouver dans cette prison. Dans tous les cas, tant qu'un Drow était en vie ici bas, le demi-elfe ne pouvait pas s'enfuir avant d'être sur que la vie de ce dénommé Typhirro ne soit plus. Enfin, il se colla contre le mur apaisé, fermant les yeux comme le doc leur avait demandé

_________________
Ma précieuuuuuse!!! Ma Pré-cieuse!!!! MA PRECIEUSEUH!!!!!!!!!!!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kobifobi
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2014
Messages: 465
Masculin

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 21:58 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Balthazar resta quelques instants la main tendue, comme s'il lui fallait un peu de temps pour assimiler ce que Jackal venait de dire.

:BALTH
"-Soit. Une prison dorée, c'est très bien, oui. Peut-être une petite tisane de camomille pour ce jeune homme, également" dit-il en désignant du menton Eden.


Balthazar fit mine de tourner les talons et de retourner dans sa cellule, mais se ravisa et fit de nouveau face à Jackal.

:BALTH
"-Cependant... Quelque chose encore me chiffonne. Vous êtes... une espèce d'émanation intangible, vous n'avez pas l'air de savoir grand chose sur notre cas. Mais vous nous gardez captifs. Et nous n'avons rien fait pour mériter ça. Donc vous attendez forcément quelque chose de nous. Dites-nous ce que vous, ou votre commanditaire, attendez de nous. Et si vous ne savez pas, allez lui demander. Ou envoyez le nous, nous ne sommes pas hostiles, vous voyez bien. L'emprisonnement sans but ni cause n'a pas lieu d'être."
Revenir en haut
NoirSifflant
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 18 Fév - 16:46 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Je m'étais blotti au fond de la cellule, terrorisé par les paroles menaçantes du demi-elfe.



En fermant les yeux comme nous le disait Jackal, je ne pu m'empêcher de demander d'une forte voix à cause de la terreur: "Pourquoi cette homme veut-il me tuer?! Faîtes-le taire! Par pitié!"
Revenir en haut
Charlatimus
Futur Candidat

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2010
Messages: 5 177
Localisation: boissy saint leger
Masculin Bélier (21mar-19avr) 龍 Dragon
Lanceur de Dés: URL

MessagePosté le: Sam 21 Fév - 17:11 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant



Vous fermez les yeux l'espace certains dans leur cellule d'autre inqiet ou sur le qui vive. Tous lorsque ils rouvrent les yeux. Vois leur environnement de prison changé les grilles deviennent des murs épais insonorisé. Une porte de bois vient fermé cette cellule. Une cheminé, une baignoire, des livres, des plats richement garni des meilleurs plats. Certaines cellules disposent de bien rappelant votre chez vous.



Pour une première fois depuis que vous êtes en ce lieu vous vous sentez bien rasséréné.



"Monsieur Balthazar, Je dois vous gardez en vie jusqu'à votre mort, tout comme vous autres. Mes maître ne veulent que la mort des personnes enfermé ici, pas pour raison personnel, mais par l'utilité de votre mort. Plus votre mort en ce lieu est longue pour vous êtes utile à mes maîtres. Mais le principale étant qu'à un moment ou l'autre vous mourriez. Donc c'est pourquoi en dernier recours je peux vous tuer. Sachez qu'il n'y a qu'une seul personne qui a réussi à fuir. Il était bien jeune et une erreur sur sa puissance a été faite. Cette erreur système a été corrigé. Il ne pourrait plus aujourd’hui"hui fuir de la prison dans la quel il serait enfermé."


"Enfin, si cela ne vous dérange pas je vais prendre congé et vous laissez vous divertir et vous détendre, c'est bien cela je crois. Je pense qu'une nuit de sommeil vous fera le plus grand bien. Je veillerais sur vous. S'il y a quoi que ce soit criez mon nom..."

_________________
Le JDR est ancré dans ma vie puisque je vie avec lui depuis toujours, à l'âge de 6 ans j'ai vu ma première partie, à 8 ans j'ai fait ma première partie et maintenant cela fait près de 14ans que je joue. J'aime jouer et faire jouer faire partager ma passion est ma vocation.

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tevias
Poudre à Canon

Hors ligne

Inscrit le: 14 Jan 2015
Messages: 74
Localisation: chateau thierry
Masculin

MessagePosté le: Sam 21 Fév - 21:40 (2015)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu Répondre en citant

Alors qu'Eden attendit contre le mur patiemment les yeux fermés, il entendit Balthazar demander une camomille pour le demi-elfe.

*Mais pourquoi il demande une tisane pour moi, celui-là*, pensa-Eden, ouvrant un oeil le regardant.

Lorsqu'il entendit la terreur du drow, l'oeil du jeune homme se referma, et un sourire satisfait apparu sur son visage. Après quelques instants plus tard, il rouvrit ses yeux et vit tout changé dans sa chambre. Lorsque tout fut terminé, il vit que sa cellule s'était changé en une chambre d'hôte d'un château ou d'un manoir.

:EDEN
-"Je n'en demandais pas tant, juste un paillasson un peu de nourriture et de l'eau chaque jours, m'aurait suffit", prononça le demi-elfe à lui même levant les yeux au ciel.

Il sauta sur son lit, croisa ses mains derrière sa tête et s'endormit tranquillement.
_________________
Ma précieuuuuuse!!! Ma Pré-cieuse!!!! MA PRECIEUSEUH!!!!!!!!!!!
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:18 (2016)    Sujet du message: chapitre 0 : Une place au frais à se faire ronger par le feu

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Clés de Fort Yameld Index du Forum -> DISCUSSIONS HRP -> ARCHIVES -> Parties abandonnées -> PAR LE FEU ET L'ACIER -> Partie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com